Vous êtes ici :   Accueil > Evolution au niveau moléculaire de l'insuline
  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://escaut.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

Type II-A, d'après Didier Pol

Q : L'idée d'évolution repose sur des arguments et des mécanismes que vous présenterez en vous fondant sur l'exploitation du document




Réponse :

Le document nous montre un exemple de protéine homologue chez les Vertébrés, donc d'un gène homologue provenant d'un gène ancestral dont il découle : l'insuline.

Cette protéine hypoglycémiante existe chez tous les vertébrés depuis les myxines (taxon très ancien) jusqu'à l'Homme (taxon très récent).

En comparant la séquence d'insuline chez l'Homme, la Myxine et le boeuf, on constate qu'elle diffère d'un nombre plus ou moins grand d'acides aminés. On remarque ainsi que l'insuline humaine est plus proche de celle du boeuf que celle de la myxine. On en déduit donc que l'Homme et l'espèce bovine ont une parenté plus proche que celle existant entre l'homme et la myxine. L'Homme et le bovin partagent un ancêtre commun plus récent que l'ancêtre commun entre la Myxine et toutes les autres espèces dont dérivent notamment les ancêtres des bovins et de l'Homme.

Au cours du temps, le gène de l'insuline a subi des mutations. Plus des espèces évoluent longtemps séparément plus le nombre de mutations du gène de l'insuline sera important. C'est pourquoi le nombre de mutations accumulées au cours du temps dans la séquence d'un gène peut servir d'horloge moléculaire pour évaluer la plus ou moins grande ancienneté de la divergence d'un arbre phylogénétique.


Date de création : 24/04/2006 - 18:44
Dernière modification : 24/04/2006 - 19:15
Catégorie : -
Page lue 11947 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...