Vous êtes ici :   Accueil > La réponse immunitaire à deux injections consécutives d'antigènes
  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://escaut.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

Type II-A

On cherche à savoir comment un organisme réagit à deux injections consécutives d'un même antigène ou à deux injections consécutives de deux antigènes différents.

Q : En vous limitant aux informations tirées du document, dégagez ce que les expériences suivantes permettent de conclure sur la réponse immunitaire à deux injections consécutives d'un antigène

Document :

Expérience 1 : on injecte par voie intraveineuse, chez des souris A, une dose convenable d'un antigène, la sérum-albumine bovine. Cette injection provoque l'apparition d'anticorps capables de fixer et d'agglutiner l'antigène. On dose, en fonction du temps, les anticorps apparus après une première et une seconde injection de l'antigène (courbes 1 et 2 du graphique).

Expérience 2 : on pratique, chez des souris B, identiques à celles de l'expérience précédente, les injections suivantes :

  • Première injection : sérum-albumine (même dose que celle utilisée pour les souris A). Les résultats obtenus ont les mêmes caractéristiques que ceux observés dans l'expérience 1 (courbe 1).
  • Deuxième injection : un antigène G différent de la sérum-albumine bovine, mais injecté à une dose équivalente. La production d'anticorps est représentée par la courbe 3.

Réponse :

Les expériences présentées permettent de découvrir comment l'organisme réagit face à deux injections consécutives d'un même antigène d'une part, de deux antigènes différents d'autre part.

I-Exploitation de l'expérience 1.

La première injection de sérum-albumine est suivie une semaine plus tard par une augmentation du taux d'anticorps. Cette réponse que l'on nommera "réponse primaire" atteint un maximum de 100 microgrammes d'anticorps par ml de plasma entre la 4ème et la 5ème semaine puis revient à 0 vers la 7ème-8ème semaine.

La seconde injection de sérum-albumine est très rapidement (moins d'une semaine) suivie d'une forte augmentation du taux d'anticorps par ml de plasma (2000 micro-grammes/ml). Cette réponse que l'on nommera "réponse secondaire" est beaucoup plus rapide et importante que la réponse primaire.

La réponse secondaire à la deuxième injection d'un même antigène permettra une agglutination beaucoup plus efficace. cette expérience révèle que le système immunitaire a gardé en mémoire le premier contact avec la sérum-albumine.

II- Exploitation de la deuxième expérience.

Chez la souris B, on injecte comme précédemment de la sérum-albumine : la réponse primaire est la même que pour les souris A (les souris sont les mêmes).

La seconde injection est celle d'un antigène différent de la sérum-albumine. La réponse immunitaire obtenue ressemble à celle obtenue pour l'injection de la sérum-albumine : elle ne ressemble pas à la réponse secondaire de la première expérience. En effet la concentration d'anticorps débute une semaine après l'injection, atteint son maximum trois semaines puis revient à o en quelques semaines.

Une première rencontre avec la sérum-albumine n'a aucune influence sur la réponse immunitaire pour la rencontre avec un autre antigène. La mémoire immunitaire est spécifique à un antigène prècis.

Conclusion :

La réponse immunitaire à un deuxième contact avec l'antigène est beaucoup plus rapide et importante que la réponse primaire lors du premier contact. Cela n'est pas le cas si le deuxième contact n'est pas avec le même antigène.

L'organisme est capable de mémoriser la rencontre avec un antigène précis. La réponse développée lors d'une deuxième rencontre avec cet antigène sera plus efficace.

Date de création : 24/04/2006 - 19:31
Dernière modification : 24/04/2006 - 19:31
Catégorie : -
Page lue 18056 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par triki le 17/02/2010 - 22:54

tout est correct e



Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...