Vous êtes ici :   Accueil > Crise biologique à la limite KT
  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://escaut.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

Type IIB (obligatoire) : Couplage des événements biologiques et géologiques au cours du temps.


A partir de l’analyse des documents et de la mise en relation des informations recueillies, mettez en évidence les principales modifications qui ont affecté la biosphère de la fin du Crétacé au début du Tertiaire. En utilisant ces informations et vos connaissances, proposez des hypothèses pour expliquer ces modifications.


Document 1: Proportions des différents groupes de Foraminifères dans la série sédimentaire de Bidart (côte Basque).

Document 2 : Abondance des dinosaures et des Mammifères entre -73 et -63 Ma dans le bassin de Hell Creek (Etats-Unis)



Document 3 : Principaux événements géologiques de la fin du Crétacé au début du Tertiaire.





Corrigé.

Les docs 1 et 2 présentent les modifications ayant affecté la biosphère au niveau de la limite KT en domaine océanique (doc 1) et en domaine continental (doc 2).

I-Evénements en domaine océanique.

Le doc 1 nous montre une colonne stratigraphique montrant le passage du Crétacé (Maastrichtien) au Tertiaire (danien) au niveau de la série sédimentaire de Bidart. Les pourcentages des différentes espèces de Foraminifères planctoniques (vivant proche de la surface) et benthiques (vivant au fond de l'eau) présents au cours du temps y sont indiqués. On constate, au Crétacé, une forte présence des espèces planctoniques hétérohélicidae et globotruncanidés, ainsiqu'un assez faible pourcentage d'espèces benthiques. A la limite KT, les globotruncanidés disparaissent totalement, les hétérohélicidés sont en très faible pourcentage et le pourcentage d'espèces benthiques augmente très fortement. Ensuite, au Danien, une nouvelle espèce apparait : les globigérinidaes prenant la place des espèces qui ont disparu.

Pour résumer, il s'est passé un événement il y a 65 Ma qui a provoqué une extinction massive des espèces planctoniques. Les espèces benthiques semblent être plus à l'abri de ces événements car leur pourcentage relatif est plus élevé lors de la crise biologique. Après cette crise biologique, une nouvelle espèce se développe et occupe la niche écologique laissée libre par les espèces du Crétacé : les Globigérines.

II-Evénements en domaine continental.

Le doc 2 nous montre l'abondance des Dinosaures et des mammifères entre -73 et -63 Ma. On constate que le nombre de genres de Dinosaures était assez élevé entre -76 et -67 Ma (une vingtaine) et que ce nombre commence à diminuer à partir de -67 Ma pour devenir nul à -65 Ma. Les Dinosaures étaient dejà en voie d'extinction depuis -67Ma et il s'est passé un événement il y a 65 Ma qui a accéléré leur disparition. Au moment où les dinosaures commençaient à disparaître, les mammifères jusque là très discrets (peu de genres : 5 il y a 68 Ma)commencent à se développer et à se diversifier. On constate une diminution du nombre de genre de Mammifères à -65 Ma. Cela confirme la présence d'un événement particulier qui a affecté aussi le nombre de genres de mammifères. Cependant, les mammifères ont survécu à la crise biologique, se sont développé, se sont diversifié et ont occupé la totalité des niches écologiques jusque là occupées par les Dinosaures.

Conclusion partielle : Il s'est déroulé il y a 65 Ma, un ou plusieurs événements qui ont produit une crise biologique qui a eu plusieurs conséquences sur la biosphère de l'époque :

  • disparition totale de certaines espèces, voire de groupes systématiques (Dinosaures, globotruncana...)
  • développement et diversification d'autres espèces et groupes systématiques qui ont remplacés ceux qui ont disparu dans leur niche écologique.

Que s'est-il passé il y a 65 Ma pour provoquer une crise biologique de cet ampleur?

III-Causes possibles de la crise KT.

Le doc 3 montre les principaux événements géologiques de la fin du Crétacé et du début du Tertiaire. On constate d'abord la présence d'un volcanisme intense ayant duré environ 600 000 ans dont les traces actuelles sont les Trapps de Dekkan. On peut en effet envisager qu'un volcanisme aussi intense et ayant duré aussi longtemps a pu changé de manière durable le climat planétaire (opacification de l'atmosphère, donc refroidissement durable comme pour l'éruption du Pinatubo en 1992). Ensuite un événement ponctuel semble s'être déroulé il y a 65 Ma, dont la trace actuelle est l'impact de météorite de Chicxulub au Mexique. Il semble donc qu'une météorite de taille importante (évaluée à plus de 10 km de diamètre) se soit écrasée il y a 65 Ma, ce qui a pu provoquer un changement climatique global, amplifiant ainsi l'effet du volcanisme.

Deux hypothèses peuvent donc être posées : l'hypothèse volcanique (liée donc à la dynamique interne de la planète) et l'hypothèse météoritique (liée à des paramètres astronomiques et orbitaux).

Date de création : 24/04/2006 - 19:37
Dernière modification : 24/04/2006 - 19:37
Catégorie : -
Page lue 24954 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°4 

par Hey le 11/12/2010 - 12:28

Que s'est-il passé il y a 230 Ma ?  d

Réaction n°3 

par crylowe le 20/05/2008 - 02:54

Je trouve que c'est assez bien expliqué , je dit que sa vaut 10/10. merci winksmilecool



Réaction n°2 

par GM le 30/01/2008 - 23:03

Oui, pourquoi pas...

Réaction n°1 

par Stephane le 30/01/2008 - 02:44

Pour le III, peut on exploiter le doc 1 en observant la presence d'une fine couche noire a -65Ma et le mettre en relation avec le doc 3 pour le proposer comme preuve supplementaire d'un impact meteoritique ainsi qu'une forte activite volcanique (on pourrait dire que la couche noire serait de l'argile noire+iridium)?



Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...