Vous êtes ici :   Accueil > Sujet type I - génétique
  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://escaut.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

Sujet Type 1 :

Au cours de la reproduction sexuée, la méiose et la fécondation assurent un brassage des gènes.
On peut le montrer en utilisant deux souches de Drosophiles de lignées pures, l'une à ailes normales c+ et yeux lisses r+ (allèles dominants), l'autre à ailes tordues c et yeux rugueux r (allèles récessifs). Les deux caractères étudiés sont indépendants.
En utilisant cet exemple pour illustrer votre exposé et en choisissant judicieusement les deux croisements successifs que l'on peut effectuer, expliquez à l'aide de schémas des garnitures chromosomiques et de l'écriture des génotypes comment les mécanismes de la méiose assurent un brassage génétique et permettent d'obtenir des individus originaux.


Quelques p'tites réflexions avant de foncer dans le tas...

Il s'agit de montrer comment les mécanismes de la méiose assurent le brassage génétique grâce à l'exemple donné et des schémas. Il faut choisir quels croisements faire pour illustrer cela. Le premier croisement est facile : il s'agit de croiser les parents de races pures. Le deuxième croisement doit montrer comment la méiose permet d'obtenir des individus originaux. Un croisement test semble peu judicieux pour cela car son rôle n'est que de révéler les types et proportions des gamètes produit par un F1 hétérozygote et ainsi de déterminer son génotype. Or ici, on sait déjà que que les gènes sont indépendants et que les parents sont de souches pures (donc homozygotes). Le plus judicieux serait de faire un croisement F1 X F1 et de réaliser un tableau de fécondation 4 gamètes/4 gamètes (le maousse costaud qu'on a vu en cours).

Pour les étourdis du fond, ne pas confondre les conventions d'écriture.
Les schémas doivent montrer deux paires de chromosomes (les gènes sont indépendants!), ne pas hésiter à mettre des couleurs. je ne vais pas représenter les schémas dans cette correction car ma souris est un peu flemmarde en ce moment.

Allez, c'est parti...

Intro :
On rappelle les définitions de méiose et fécondation. La méiose est le mécanisme cellulaire qui permet de passer de la phase diploïde à la phase haploïde et la fécondation rétablit la diploïdie en réunissant les lots haploïdes.

I-Génotypes des parents et gamètes produits.
Les parents sont de lignées pures : ils sont donc homozygotes. Les caractères sont dits indépendants, donc sur deux paires de chromosomes différents.
Le parent 1 (P1) [c+r+] a donc comme génotype : (c+//c+, r+//r+)
Le parent 2 (P2) [cr] a comme génotype : (c//c,r//r)

P1 produit un seul type de gamète de génotype : (c+,r+).
P2 également, produit un seul type de gamète : (c, r).

II-Brassage interchromosomique à la base du brassage génétique.
Suite au croisement de P1 et P2, une nouvelle génération appelée F1 apparait. D'après les gamètes parentaux, on constate que la fécondation n'amènera qu'à un seul type de combinaison possible : (c+//c, r+//r).
La F1 est donc à 100% [c+ r+] car les allèles c+ et r+ sont dominants.
Les gamètes produits par la F1 seront de 4 types équiprobables : (c+, r+), (c+, r), (c, r+) et (c, r).
Le brassage interchromosomique qui se réalise durant l'anaphase de première division de méiose consiste en une ségrégation aléatoire des chromosomes homologues. (faire un schéma). Cela est donc à la base de la formation de quatre types équiprobables de gamètes à l'échelle d'une population.

III-Obtention d'individus originaux.
Si on considère un deuxième croisement de type F1 X F1, nous mettons en évidence comment on aboutit à des individus originaux, c'est-à-dire dont le génotype et donc parfois le phénotype est différent de P1, P2 et F1.
Le tableau de fécondation suivant résume les différents génotypes possibles dans le cas d'un croisement F1 X F1.
Gamètes F1(c+, r+)(c+, r)(c, r+)(c, r)
(c+, r+)(c+//c+, r+//r+)(c+//c+, r+//r)(c+//c+, r+//r+)(c+//c+, r+//r+)
(c+, r)(c+//c+, r+//r)(c+//c+, r//r)(c+//c, r+//r)(c+//c, r//r)
(c, r+)(c+//c, r+//r+)(c+//c, r+//r)(c//c, r+//r+)(c//c, r+//r)
(c, r)(c+//c, r+//r)(c+//c, r//r)(c//c, r+//r)(c//c, r//r)

en jaune : [c+r+]; en vert : [c+r], en rose : [c,r+]; en bleu : [cr]
D'après ce tableau, on remarque l'apparition d'individu dont le génotype est inédit et parmi ceux-là certains ont même un phénotype original. La fécondation est donc aussi très importante pour l'obtention d'individus originaux.

Conclusion : Méiose et fécondation sont deux mécanismes permettant le brassage des gènes. Celui-ci est d'autant plus important que dans la nature, cela concerne des milliers de gènes existant sous de nombreux allèles! Le brassage intrachromosomique durant la prophase de méiose apporte alors un degré supplémentaire de brassage génétique.

Date de création : 10/12/2006 - 19:58
Dernière modification : 02/06/2008 - 20:29
Catégorie : -
Page lue 31496 fois


Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...