Vous êtes ici :   Accueil > Bac 2016 - Corrigé
  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://escaut.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

Corrigé personnel qui n’engage que moi !

Partie 1

Synthèse

On cherche à savoir quelles adaptations à la vie fixée permettent à la plante de réaliser des échanges avec son environnement extérieur : l’atmosphère et le sol.

La plante à fleurs "aérienne" prélève dans l’atmosphère le CO2 nécessaire à la photosynthèse des glucides et prélève dans le sol l’eau et les ions.

1-La surface d’échange avec l’atmosphère : le système foliaire

Adaptations des feuilles à la vie fixée des plantes :

-cellules chlorophylliennes réalisant la photosynthèse

-grande surface foliaire permettant de réceptionner beaucoup d’énergie solaire

-épiderme imperméable permettant d’économiser l’eau

-stomate permettant les échanges gazeux, dont l’entrée du CO2, molécule indispensable à la photosynthèse des glucides. Les stomates s’ouvrent et se ferment en fonction de la sécheresse de l’air, la température, la quantité de lumière

-tissus internes lacuneux : des chambres contenant une atmosphère interne permettant de démultiplier la surface d’échange entre le milieu intérieur de la plante et l’air.

2-La surface d’échange avec le sol : le système racinaire

Adaptations de la partie souterraine de la plante :

-tissu non chlorophyllien

-racines ramifiées

-poils absorbants

Les ramifications et les poils absorbants démultiplient la surface d’échange.

3-Un système de conduction interne

des vaisseaux conducteurs permettent de conduire la sève brute réalisée par les racines, dans les parties aériennes chlorophylliennes de la plante : le xylème.

(Le phloème sont d’autres vaisseaux conducteurs permettant la distribution de la sève élaborée réalisée par les parties chlorophylliennes, partout ailleurs dans la plante.)

Conclure avec un schéma de synthèse (surface d’échange aérienne et souterraine, vaisseaux conducteurs)

QCM

1-C

2-B

3-D

Partie II-1

Doc 1 : fosse océanique, parallèle à un arc volcanique. Le Sinabung est un volcan explosif.

La plaque inde-Australie et la plaque Eurasie sont convergentes.

La plaque Inde-Australie subduit sous la plaque Eurasie.

Doc 2 : Roche du Sinabung = roche à structure microlitique (cristaux dans un verre microlitique) --> roche volcanique (refroidissement rapide d’un magma)

Roche ayant une teneur en silice (SiO2) voisine de 55,9%, caractéristique d’une andésite.

La roche du volcan explosif Sinabung est une andésite, caractéristique d’une zone de subduction, issue d'un magma visqueux à l'origine de l'explosivité.

Conclusion : Zone de subduction engendrant un volcanisme explosif andésitique.

Partie II-2 tronc commun

On cherche à savoir de quoi souffre Mme T.

Observations utiles au diagnostic :

-grosseur au niveau du cou

-sous sécrétion d’hormones thyroïdiennes (triiodothyronine et thyroxine)

-ces hormones thyroïdiennes ont des actions sur le métabolisme, la température interne

-présence de cellules immunitaire dans le tissu thyroïdien : cellules de l’immunité innée (macrophages) et cellules de l’immunité adaptative (lymphocytes et plasmocytes)

-Les vésicules thyroïdiennes contiennent peu de thyroglobuline, molécule précurseur des hormones thyroïdiennes

-Parmi les cellules immunitaires, les plasmocytes sécrètent, en présence de LT4, des immunoglobulines, c’est-à-dire des anticorps spécifiques de la thyroglobuline

Connaissances utiles :

-Les LB se différencient en présence de LT4 spécifiques, en plasmocytes, cellules spécialisées dans la production d’anticorps

-les lymphocytes autoréactifs sont des lymphocytes reconnaissant des molécules du « soi » comme étant des antigènes à éliminer.

Raisonnement :

Mme T présente une maladie auto-immune : la thyroglobuline est reconnue comme molécule étrangère par le système immunitaire : elle produit des lymphocytes autoréactifs. Des LT4 autoréactifs spécifiques de la thyroglobuline, stimulent des LB de même spécificités. Ceux-ci se différencient en plasmocytes producteurs d’anticorps anti-thyroglobuline.

La thyroglobuline est une molécule précurseur des hormones thyroïdiennes. Comme elle est bloquée par les anticorps, elle ne peut s’iodurer et donc se transformer en thyroxine et triiodothyronine. La patiente manque de ces hormones, ce qui conduit à des désordres métaboliques. La grosseur de la thyroïde est due à l’invasion des tissus par des cellules immunitaires.

Exercice II-2 de Spécialité

La différence de concentration ionique entre l’intérieur et l’extérieur de la cellule est indispensable à l’activité du neurone. On cherche à savoir comment cette différence de concentration est maintenue.

Arguments :

-L’activité du neurone dépend du fonctionnement d’une pompe transmembranaire permettant de maintenir une différence de concentration ionique entre l’intérieur et l’extérieur de la cellule. Cette pompe nécessite de l’énergie fournie par l’hydrolyse d’une molécule d’ATP. Un inhibiteur d’ATP provoque l’arrêt de cette pompe : dans ce cas, les échanges ioniques cessent.

-La présence de cyanure interrompt le fonctionnement des pompes transmembranaires. L’injection d’ATP relance temporairement le fonctionnement des pompes. Lorsque l’on cesse l’addition de cyanure, le fonctionnement des pompes transmembranaires reprend peu à peu.

-La présence de cyanure a pour propriété d’interrompre la respiration cellulaire (arrêt du prélèvement d’O2)

-Les pompes ne fonctionnent que lorsque du glucose est ou du pyruvate sont présents dans le milieu.

Connaissances nécessaires :

La glycolyse est la transformation d’une molécule de glucose en deux molécules de pyruvate

Le pyruvate est dégradé en CO2 par les mitochondries, organites cellulaires producteurs d’ATP. Les mitochondries ont besoin de pyruvate pour produire de l’ATP.

Les mitochondries ont également besoin d’O2 : c’est la respiration cellulaire.

Raisonnement :

Les neurones prélèvent dans leur milieu du glucose.Le glucose est dégradé en pyruvate utilisé par les mitochondries qui nécessitent de l’O2 pour fonctionner. La respiration cellulaire permet ainsi la production d’une grande quantité d’ATP. Les pompes permettant de maintenir une différence ionique entre l’intérieur et l’extérieur du neurone utilisent l’ATP produit par les mitochondries pour fonctionner.


Date de création : 22/06/2016 - 17:31
Dernière modification : 22/06/2016 - 17:31
Catégorie : -
Page lue 1088 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !